Je m’appelle George Skoulakis, j’ai 28 ans au moment où j’écris ces lignes et je suis originaire de Laval, au Québec. J’ai joué au football de l’école secondaire jusqu’à l’université. Après cela, je suis devenu un athlète de CrossFit jusqu’à ce que je décide d’arrêter les compétitions en 2021. Comme la plupart des gens, j’ai dû travailler pour arriver là où je suis aujourd’hui, mais pour que vous compreniez, voici un bref historique pour vous mettre en contexte.

En grandissant, la plupart des gens qui m’entouraient étaient loin de s’intéresser à la santé, au sport et à la forme physique. J’étais en surpoids quand j’étais enfant, mais j’adorais aller faire du sport avec les enfants de mon quartier, que ce soit dans la rue ou au parc. Au début du secondaire, j’ai décidé de m’inscrire dans l’équipe de football et c’est à ce moment-là que ma transformation de poids a commencé. Je suis très reconnaissant de m’être inscrit au football, car tout ce que j’ai appris sur la forme physique, la nutrition et l’état d’esprit, je l’applique encore aujourd’hui dans ma vie.

Après ma deuxième année d’université, j’ai décidé d’arrêter le football. Cependant, il me fallait trouver un autre sport ou une autre activité pour satisfaire ma soif de fitness et c’est ainsi que j’ai commencé le CrossFit. J’ai toujours connu le style d’entraînement CrossFit, mais je ne l’ai jamais pratiqué en compétition jusqu’à ce que je m’inscrive dans une salle de CrossFit en 2013.

Le plus haut niveau de compétition de CrossFit que j’ai atteint est semi-professionnel. J’avais pour objectif de compétitionner au niveau professionnel, mais j’ai dû faire certains choix de vie et de santé qui m’ont obligé à m’éloigner de la compétition de haut niveau en 2021. Aujourd’hui, je m’entraîne toujours dans le même style que lorsque je m’entraînais pour la compétition, mais certains points de focus de mon entraînement sont différents et l’aspect psychologique est beaucoup moins stressant qu’avant. Globalement, je m’entraîne parce que j’aime ça et que cela fait partie intégrante de mon mode de vie depuis plus de 15 ans.

Au fil des ans, il y a eu de nombreux moments dont je me souviendrai toujours. Tout d’abord, le fait de m’inscrire au football lorsque j’ai commencé le secondaire a été un moment fort pour moi, car c’est là que mon parcours a pris son envol. Je ne le savais pas à l’époque, mais en y repensant aujourd’hui, je me suis rendu compte que c’était la base de ce qui m’a mené là où je suis.

Deuxièmement, toutes les récompenses que j’ai reçues pour le sport et les études au cours de ma dernière année de secondaire ont également été très mémorables parce qu’elles m’ont prouvé qu’avec une bonne éthique de travail, tout est possible.

Le troisième grand moment a été celui où nous avons remporté le championnat AAA à l’université. C’était une autre preuve que le travail acharné porte ses fruits.
Enfin, et pour faire court parce que la liste serait super longue, je considère chaque compétition de CrossFit comme un moment fort de mon parcours parce que c’est un reflet direct de mon éthique de travail dans le gymnase. Chaque goutte de sang, de sueur et d’émotion investie dans chaque séance d’entraînement est exposée sur la piste de compétition et, dans le feu de l’action, il était important de me prouver que tout le travail effectué dans le gymnase pendant ces longues séances d’entraînement éreintantes était destiné à ce moment précis.

Étant donné que j’ai longtemps pratiqué le fitness, ma routine d’entraînement comporte de nombreuses variables. En CrossFit, nous devons être bons dans presque tous les domaines. Cela inclut tout ce qui a trait à l’endurance cardiovasculaire, la force, la puissance, la vitesse, l’endurance, la coordination, l’agilité, la flexibilité, l’équilibre et la précision. C’est pourquoi mon programme d’entraînement est très varié afin de toucher à tous les aspects de la condition physique.

Comme je l’ai dit plus haut, même si je me suis éloigné de la compétition de haut niveau, j’aime toujours m’entraîner comme un compétiteur parce que je trouve cela amusant et que je peux toujours être bon dans tous les domaines. Cela dit, au cours de l’année, je passe par différents cycles d’entraînement pour pouvoir toucher à tout et changer mon entraînement, afin d’éviter que mon corps ne s’habitue à une seule méthode/un seul style d’entraînement. Il est important de maintenir le corps dans un mode d’adaptation constant afin qu’il puisse progresser et briser les plateaux.

Dans de nombreux cas, il est très courant que la majorité des athlètes de n’importe quel sport de compétition de haut niveau concourent, s’entraînent et/ou jouent toujours avec une blessure ou un inconfort mineur. Je ne faisais pas exception à la règle. Lorsque je jouais au football, tous mes entraîneurs me disaient : si tu as une blessure mineure, tu peux jouer, mais si tu es blessé sérieusement, c’est seulement à ce moment-là que tu peux partir.

Au cours de mon parcours, j’ai été confronté à de multiples situations à différents moments de ma carrière de compétiteur, avec des blessures au poignet, à l’épaule, à la cheville et à la hanche ou des inconforts.

Lorsque j’ai décidé d’arrêter la compétition, l’une des premières choses que j’ai faites dans le cadre de mon entraînement a été de remédier à tous mes petits inconforts afin que je puisse retrouver la pleine fonction de ces zones sans me sentir mal à chaque fois que je me réveille.

Il existe de nombreuses solutions “pansements” à court terme qui aident les athlètes à masquer la douleur afin qu’ils puissent continuer à s’entraîner pour leur sport, mais elles finissent par se retourner contre eux à long terme. Certaines de ces solutions peuvent toutefois être utilisées au cours du processus de rééducation, en conjonction avec d’autres protocoles, pour un rétablissement réussi.

La première fois que j’ai essayé le cannabis, c’était à l’âge de 16 ans, et je peux dire que l’évolution de cette substance a beaucoup progressé depuis. Pendant mon adolescence, la seule façon de consommer du cannabis était de le fumer. J’en ai consommé quelques fois avec des amis lorsque l’occasion se présentait, mais je n’ai pas accroché à cette pratique. À la base, je détestais fumer; cela ne m’a donc jamais attiré.

Aujourd’hui, il y a tellement plus de recherches et de développements sur le cannabis que cela me permet de m’éduquer correctement sur les différents types de souches et les méthodes de consommation qui existent afin que, si je décide d’en consommer, je sache quelles sont les options qui s’offrent à moi.

En outre, je consomme rarement du cannabis, mais j’apprécie le fait qu’il y ait davantage de recherches sur le sujet, de sorte que si jamais je me trouve dans une situation où le cannabis peut potentiellement m’aider, je sais que je peux m’y intéresser.

La plupart des fois où j’ai consommé du cannabis avec des amis, c’était à base de THC. Cependant, j’aime utiliser le CBD dans certaines situations parce que je peux en récolter les bénéfices sans avoir à ressentir l’effet “high” du THC.

Ma préférence va au spray ou à l’huile concentrée. Si je suis avec un groupe d’amis et que je décide de consommer du cannabis, la plupart du temps, nous le fumerons.

Avant de mettre en place une routine de récupération, j’aime voir la profondeur de la blessure et la meilleure façon de me rétablir. Lorsque je me suis blessé à l’épaule, la blessure n’était pas aussi grave et le processus de récupération a été très simple.

Sans entrer dans les détails techniques, le corps a un très bon mécanisme de protection et la raison pour laquelle je me suis blessé est que j’avais des stabilisateurs d’épaule très faibles et qu’en conséquence, la façon dont mon corps s’est protégé a eu pour effet de réduire la mobilité de mon épaule. Pour ceux qui lisent ceci et qui ne sont pas familiers avec le CrossFit, nous faisons beaucoup de travail avec les épaules au-dessus de la tête, il est donc important d’avoir une bonne mobilité de l’épaule.

Néanmoins, mon protocole de rétablissement consistait à renforcer les stabilisateurs de l’épaule et à améliorer l’amplitude de mes mouvements. J’ai utilisé le CBD pour mes séances de mobilité, car je voulais tester s’il pouvait contribuer à améliorer mes résultats. Cependant, je ne l’ai pas utilisé suffisamment longtemps pour pouvoir en tirer une conclusion.

Ces dernières années, la santé mentale a fait l’objet d’une attention particulière, ce qui a permis de mettre à disposition beaucoup plus de ressources pour m’éduquer sur le sujet. Avant d’entrer dans ma routine, je comprends que chacun a une façon différente de gérer son état mental, ce n’est donc que ma façon de faire les choses.

J’ai essayé la thérapie, la lecture de livres de développement personnel, le cannabis, la médiation, le yoga et le temps passé dans la nature. Ces méthodes étaient utiles et valaient la peine d’être essayées, mais celle qui est restée constante le plus longtemps dans ma vie, c’est l’entraînement. Pour moi, la salle de sport est comme l’église pour un prêtre. Chaque fois que j’ai un problème, j’aime faire de l’exercice pour m’aérer l’esprit et pouvoir ensuite réfléchir à une solution possible.

En ce qui concerne le cannabis, j’ai essayé de l’utiliser comme outil de santé mentale dans le passé, mais mon expérience m’a montré qu’il n’était pas aussi efficace que je le pensais. D’autres consommateurs m’ont recommandé d’essayer parce que cela les aidait à réfléchir, mais c’est justement le problème, cela m’a fait trop réfléchir. Je sais que si je passe trop de temps dans mes pensées, je finirai par m’enfoncer au lieu d’essayer des solutions possibles à mon problème.

 

ATTENTION! Les histoires que nous partageons sont des histoires propres à chacune des personnes qui ont choisi de prendre la parole. Ces histoires ne sont en aucun cas un remplacement de l’avis de votre professionnel de la santé se rapportant à votre situation personnelle. Si vous avez des questions concernant votre santé et l’utilisation du cannabis, veuillez consulter un professionnel de la santé.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

cropped-cropped-logo-submark-blanc.png

Site web temporairement désactivé

Bonjour cher clients, le site web de Kuzen.ca est temporairement désactiver pour cause de réorganisation. Pour les patients actifs, un communiqué vous seras transmis par email dans les plus brefs délais. Merci.